Quitter l'histoire
  • Je me réveille sur une planète, à côté d’un vaisseau spatial endommagé.
  • Je n’ai aucun souvenir de la raison de ma présence ici.
  • La planète est de glace, j’ai froid, je ferais mieux de monter dans le vaisseau et de décoller au plus vite.
  • Que vais-je faire ?

  • Je fouille le vaisseau et y trouve les raisons de son disfonctionnement.
  • Je ne sais pas pourquoi j’ai cette connaissance, mais je remarque que les propulseurs ioniques sont surchargés en cobalt et que la matrice de polarisation quantique affiche l’erreur critique 416.
  • Tout ceci est un jeu d’enfant : après ajout de fluor catalytique et un rapide redémarrage de la matrice, le moteur ronronne à nouveau.
  • Je peux enfin décoller.

  • Je pars en exploration, marcher me réchauffera.
  • Je ne sais pas réellement ce que je recherche, ni même ce que je suis censé faire… Quel est mon but ? Pourquoi je ne me souviens de rien ?
  • Après peut-être plus d’une heure, entouré d’une faune et d’une flore intrigantes, de quelques bâtiments abandonnés dans lesquels je trouve des vivres et d’autres choses utiles, je tombe sur une structure en pierre de plusieurs mètres de hauteur.
  • Celle-ci est différente de tout ce que j’ai découvert durant mon exploration.

  • Je me sens connecté à cette structure, j’ai l’impression qu’elle m’appelle. Une technologie très avancée doit régir ce monde.
  • En touchant la structure, un écran apparait et affiche des symboles que je ne comprends pas.
  • Une voix résonne dans ma tête : « Trouve l’Éclipse. Trouve-moi. Trouve Saros ».
  • Je reçois les coordonnées d’un système solaire proche.

  • Je retourne à mon vaisseau. Je ne comprends pas vraiment, il a changé, il est comme neuf.
  • Est-ce la technologie de cette structure qui aurait fait ça ?
  • Je décide de décoller et, une fois dans l’atmosphère, j’inscris les coordonnées sur le tableau de bord.

  • Ça y est ! Je décolle, c’est une sensation incroyable, mais j’ai comme une impression de déjà-vu.
  • Après plusieurs minutes de vol, ma radio s’enclenche, un dialecte me parvient et, étrangement, je le comprends.
  • Je remarque que c’est un marchand, mais je n’ai rien à troquer.
  • Je lui demande plutôt s’il sait qui je suis et ce que je fais là. Il me propose de nous poser sur la planète où sa civilisation s’est installée.

  • Je me pose avec le marchand (du doux nom de Mzund) sur une planète bien plus accueillante que la précédente, pleine de verdure, une température agréable, de quoi s’installer confortablement.
  • Il m’explique que sa civilisation, les Syzygiens, ont colonisé cette planète il y a des centaines d’années et qu’ils y ont prospéré.
  • Je comprends vite qu’il s’agit d’une civilisation assez avancée technologiquement et scientifiquement.
  • Il doit certainement y avoir beaucoup d’érudits qui pourraient m’en apprendre davantage sur ma perte de mémoire.

  • Ma soif de savoir me pousse à demander à rencontrer leurs savants. Mzund m’amène à eux.
  • Je rencontre une poignée d’êtres dans une immense pièce circulaire.
  • Les savants ont l’air étonnés de me voir et sont méfiants. Je ne me sens pas réellement à l’aise.
  • L’un d’eux me propose un marché : les informations que je cherche en échange d’un échantillon sanguin.

  • J’accepte. Un bras robotique sort du sol.
  • L’aiguille me transperce la peau avant que je n’aie pu m’en rendre compte. Plus de peur que de mal.
  • Je leur demande ce qu’ils savent, qui nous sommes, ce que nous faisons là. Le doyen me répond : « Notre civilisation étudie ce système depuis des centaines d’années. Nous avons découvert comment utiliser ses ressources au mieux pour pouvoir survivre et prospérer.
  • Ces derniers temps, nous nous sommes surtout concentrés sur l’Éclipse, Dieu de toute chose, père créateur de notre univers. Dans ce système, nous avons trouvé des structures et des textes qui semblent être liés à Lui, mais nous cherchons toujours à les décrypter. »
  • Le vieillard ne m’en dit pas plus.

  • Ils n’ont pas l’air contents, je n’apprendrai peut-être pas autant d’informations que je le souhaiterais.
  • Je leur demande quand même ce qu’ils savent, qui nous sommes, ce que nous faisons là.
  • Un être dans la fleur de l’âge, irrité, me répond : « Notre connaissance ne vous regarde pas, voyageur.
  • Cherchez par vous-même, sauf si vous consentez à accepter notre marché… »

  • Je rejoins Mzund, je suis un peu déçu de ne pas en avoir appris plus, mais j’ai au moins pris connaissance de l’Éclipse.
  • Je lui demande s’il sait quelque chose à ce sujet.
  • « Je sais juste que nous le vénérons depuis toujours car c’est lui qui a créé toute vie dans cet univers. »
  • Rien que ça.
  • Le Syzygien me propose de rester un peu avec lui pour récolter des artéfacts à revendre par la suite. Je décide de rester, j’en apprendrai peut-être plus.

  • Je suis finalement resté la journée, j’ai décidé de loger chez Mzund avant de repartir le lendemain.
  • Soudain, un énorme bruit sourd me réveille en sursaut au milieu de la nuit. Je me lève et cherche après mon compagnon pour lui demander ce qu’il se passe.
  • Il n’est pas là… Je sors en vitesse et parcours les rues de leur ville : personne !
  • J’ai un pressentiment et me rend à l’endroit où j’ai rencontré les scientifiques, je m’y attendais : personne. La ville est sans vie, d’un coup.
  • J’erre le reste de la nuit dans la ville, mais après plusieurs heures, personne n’a l’air de revenir…